Soigner une Pyélonéphrite

Soigner une Pyélonéphrite

Avez-vous mal au niveau de la fosse lombaire suivie d’une fièvre et d’une fatigue, mais que vous ne savez pas s’il s’agit d’une Pyélonéphrite ou non ? Cette infection du rein nécessite un certain traitement. Si vous présentez les symptômes de cette maladie, il faut rapidement consulter un médecin et la soigner pour vous débarrasser des douleurs. Trouvez dans cet article ce qu’il faut faire si une personne souffre de Pyélonéphrite.

Qu’est-ce que la pyélonéphrite ?

La pyélonéphrite est provoquée par une présence de bactérie dans les urines, parfois elle est de type E.Coll, celle-ci remonte vers les voies urinaires jusqu’au rein. Cela entraine une inflammation et une infection en quelques heures.

Les causes de la maladie

Cette maladie est plus fréquente chez les jeunes femmes et on l’appelle la myrtille. Dans la plupart des cas, elle est causée par une cystite mal soignée ou résistante au traitement. Une malformation de l’appareil urinaire peut aussi activer ce phénomène. Il est important de préciser que les particularités anatomiques et physiologiques de la grossesse accentuent le risque de développer une pyélonéphrite. Il existe plusieurs facteurs qui peuvent être à l’origine de cette infection telle qu’une constipation prolongée.

Les symptômes

La pyélonéphrite se présente par une forte fièvre allant jusqu’à 38,5 °C, des frissons, des douleurs dans les fosses lombaires et des douleurs abdominales. Ces symptômes peuvent être suivis de troubles urinaires comme des brûlures à la miction. Les personnes atteintes par cette maladie risquent également d’avoir une tachycardie ou une accélération du rythme cardiaque, une diarrhée et des vomissements. Les symptômes peuvent être très douloureux pour les enfants donc il faut faire attention.

Comment diagnostiquer une pyélonéphrite ?

Le diagnostic de la pyélonéphrite se base sur les signes cliniques. Elle est identifiable grâce à une analyse d’urine consistant à utiliser une bandelette réactive trempée dans l’urine. Si la zone réactive pour la détection des globules blancs est positive, c’est que l’infection urinaire est présente. Si la partie pour les nitrites est positive, cela signifie qu’il y a des bactéries.

En fonction du contexte, il est nécessaire de savoir effectue au besoin un bilan qui permettra de connaitre s’il y a des anomalies fonctionnelles ou anatomiques de l’arbre urinaire telles qu’un reflux vésico-urétéral. La prescription dépend de l’âge du patient, du contexte et de ses antécédents. Ainsi, il pourra faire une échographie, un scanner ou une cystographie rétrograde.

Au cas où l’un de ces deux éléments est détecté, un examen Cyto-Bactériologique des Urines ou ECBU sera nécessaire pour confirmer la présence de germes. En outre, il faudra effectuer une échographie des voies urinaires dans les 24 heures, en cas de premier épisode de pyélonéphrite afin de déterminer le facteur influence son apparition.

Le déroulement de la consultation

Au moment de l’apparition des signes, il est crucial de consulter un médecin rapidement afin d’éviter une quelconque complication qui risque d’entrainer une insuffisance rénale. Ainsi, une échographie sera effectuée pour savoir s’il y a un éventuel obstacle ou une anomalie anatomique et surveiller l’état du rein atteint par la maladie. Si la pyélonéphrite n’est pas traitée à temps, elle pourra engendrer un abcès rénal ou une infection généralisée comme la septicémie.

Le traitement d’une pyélonéphrite

Un traitement contre la pyélonéphrite consiste à prendre des antibiotiques tels que les céphalosporines ou les fluoroquinolones qui agissent sur la bactérie et des antalgiques qui soulagent la douleur. Il est fortement conseillé de prendre un repos et de boire une grande quantité d’eau. Le traitement se fait pour une durée de 10 à 14 jours.

Au cas où l’infection est très sévère, il faudra recourir à l’hospitalisation surtout si la pyélonéphrite est obstructive et empêche l’excrétion des urines. En effet, la réalisation d’un drainage des urines sera nécessaire. Ainsi, pour prévenir l’apparition d’une cystite, il est préférable de boire au minimum 1,5 litre d’eau par jour, de s’essuyer d’avant en arrière après la miction et d’uriner après chaque rapport sexuel.

Post your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *